Mario Rossignol
  • Photo : Karine Gottot

Mario Rossignol

Mario Rossignol est né à Sainte-Clotilde-de-Châteauguay où il habite toujours, dans la maison paternelle. Enfant, sa mère lui fait la lecture à son coucher des aventures d’Astérix, de Tintin et des contes de Tante Lucille. Toutes ces histoires lui donnent envie d'apprendre et de fréquenter l’école au plus tôt. Pour combler son grand besoin de lire, sa mère lui offre la collection Les Grands de tous les Temps. Napoléon et César sont ses personnalités préférées, un nouveau monde s’ouvre à lui. Mario s’intéresse aux biographies, notamment à celles des hommes forts du Québec, des personnages dont son père lui a souvent parlé. Il reçoit ensuite Tout Connaître, une encyclopédie en 24 volumes qu’il va dévorer rapidement, dont il apprécie particulièrement la section « Mythes et Légendes ». À l’adolescence, la théologie l’attire et il s’instruit sur la Bible (qu’il lira en entier) et sur les prophéties, principalement l’Apocalypse de saint Jean.

Jean-Pierre Ste-Marie
  • Photo : Karine Gottot

Jean-Pierre Ste-Marie

Natif de Sainte-Clotilde-de-Châteauguay, Jean-Pierre Ste-Marie est détenteur d’un certificat en création littéraire. C’est à l’âge de cinq ans qu’il reçoit de l’un de ses cousins plus âgé une boîte renfermant plusieurs exemplaires des aventures de Tintin. Il supplie sa mère, qui a déjà été institutrice, de lui apprendre à lire aussitôt. Elle acquiesce à sa demande si bien qu'il saura déjà lire et écrire avant même de commencer à fréquenter l’école. Il va démontrer par la suite un insatiable besoin d’apprendre. L’histoire et la géographie sont les matières qui le fascinent le plus.

Aujourd’hui, Jean-Pierre Ste-Marie n'a pas cessé de lire des romans historiques et, grâce à ses voyages, il continue de marcher dans les pas de personnages (d'hommes et de femmes illustres) qui ont marqué les siècles passés.

Un projet en commun

Mario Rossignol et Jean-Pierre Ste-Marie se connaissent depuis fort longtemps.

En fait, ils se connaissent depuis toujours. Ils sont cousins et petits-fils d’Albert Viau. Celui-là même qui revit grâce à eux et à la collection Agrippa.

L’envie de raconter des histoires a sûrement quelque chose d’héréditaire du côté des Viau. Les deux hommes se souviennent fort bien de tout ce que pouvait leur raconter leur grand-père alors qu’il improvisait les aventures sur demande, sans jamais faillir à capter leur attention.

Élevés à un jet de pierre l’un de l’autre, Mario et Jean-Pierre développent vite des points communs qui achèveront de les lier d’une solide amitié. Leur premier roman, un lourd manuscrit qu’ils terminent en 1991, leur assure qu’ils sont définitivement capables de créer et d’écrire. Mais le projet sombre dans l’oubli et plus de dix années s’écouleront avant que la lecture de pages manuscrites attribuées à leur grand-père, fasse naître l’envie d’unir de nouveau leurs imaginations.

C’est ainsi qu’un soir, alors qu’Albert était au cœur de leur discussion, ils jetteront sur papier les souvenirs d’une de ses histoires : la légende d’un grand livre de magie noire, enfermé pour toujours dans la crypte d’une église abandonnée.

Mario Rossignol & Jean-Pierre Ste-Marie